Végétal

Casque de Jupiter

La plante la plus toxique de la flore européenne est l'Aconitum napellus, connue aussi sous le nom de casque de Jupiter. Elle n'en demeure pas moins une plante magnifique comme en rend compte cette gravure en couleur de 1776 tirée de la Florae austriaceae de Nikolaus Joseph von Jacquin.

Belle, mais ô combien dangereuse. La plante la plus toxique de la flore européenne est l'aconit napel (Aconitum napellus de la famille des Ranunculaceae). Napel renvoie au mot latin napus, signifiant navet, qu’évoque la forme fuselée des tubercules de la plante. Par la forme de ses fleurs, elle est aussi connue sous le nom de casque de Jupiter. Aconitum désignait dans l’Antiquité une plante vénéneuse servant à empoisonner les loups. Décrite par Karl von Linné en 1753 dans son « Species plantarum », cette plante est somptueusement reproduite dans le volume 4 de la « Florae austriaceae » de Nikolaus Joseph von Jacquin publié en 1776.

Cet ouvrage est l’une des premières flores modernes publiées sur l’Autriche. Elle contient plusieurs espèces nouvellement décrites en son temps. Elle est par ailleurs l’une des œuvres majeures du grand botaniste autrichien Nikolaus Joseph von Jacquin (1727-1817), rénovateur des jardins botaniques de l'Université de Vienne et de Schönbrunn. L’aconit napel, plante de montagne, ne pousse pas dans le canton de Genève mais elle est bien présente dans les Alpes et le Jura.

Informations complémentaires

Type: Végétal

Date: 1776

Auteur(s): Nikolaus Joseph von Jacquin (1727 - 1817)

Origine: Europe

Format: Haut. : 47 cm, larg. : 28 cm

Numéro d'inventaire: Cote cjbg : Ff (436) Jac

Publications

Jacquin, Nikolaus Joseph von. - Florae austriacae, sive plantarum selectarum in Austriae Archiducatu sponte crescentium, icones, ad vivum coloratae, et descriptionibus, ac synonymis illustratae. - Viennae : L.J. Kaliwoda, 1773-1778

Retrouvez cette œuvre

Thème

Partager
Thématique
L'Escalade

« Pour chanter les exploits - Des vaillants Genevois - Du temps de l’Escalade », les institutions dévoilent des pans de l’histoire de Genève.

24 oeuvres