Instrument

Grand planétaire

Symbole éclatant de la mécanique céleste de Newton, le grand planétaire est le témoin de l’exploration de notre monde et de l’univers. Actionné par une manivelle, il permet de visualiser le système solaire et le mouvement des planètes.

Instrument astronomique, véritable chef d’œuvre technologique du 18e siècle, le planétaire du Musée d’histoire des sciences permet de reproduire mécaniquement le système solaire et les mouvements relatifs de ses principales planètes.

 

L’instrument s’actionne par une manivelle. Mercure et Vénus se mettent alors à tourner lentement autour du Soleil. Animée de son propre mouvement de rotation, la Terre pivote sur elle-même en 24 heures comptabilisées par un cadran horaire.

 

La Lune se déplace autour de la Terre en 29 jours, décomptés par un autre cadran. Par ailleurs, un habile dispositif technique permet de suivre l’évolution des phases de la Lune durant son trajet autour de la Terre. Sur le rail extérieur sont aussi disposées, de manière fixe, les trois autres planètes extérieures du système solaire connues à l’époque : Mars, Saturne et Jupiter.

Don d’un riche Anglais à la Bibliothèque de l’Académie de Genève en 1775, le planétaire est signé par le célèbre constructeur londonien, George Adams le jeune.

 

Objet de prestige, le planétaire faisait la fierté des riches nobles et bourgeois anglais qui le possédaient et qui pouvaient ainsi s’initier, dans l’ambiance feutrée de leurs salons, aux mystères de la mécanique céleste.

Informations complémentaires

Type: Instrument

Matériaux: Planétaire

Date: 1750

Auteur(s): Georges Adams

Contributeur(s): Stéphane Fischer

Origine: Royaume-Uni

Lieu d'origine:

Londres

 

 

Format: Haut. 113 cm ; larg. 113 cm ; prof. 63 cm

Numéro d'inventaire: MHS 818

Mots-clés: Planète, Astronomie

Retrouvez cette œuvre

Thème

Partager
Thématique
Voyages et découvertes

Ville de passage à la croisée des routes entre le Nord et le Sud de l’Europe, ville d’opportunités commerciales, lieu d’émulation du savoir : Genève a attiré les voyageurs autant qu’elle a fait naître chez nombre de ses habitant-e-s le goût de l’exploration. Ces deux mouvements, concentrique et excentrique, ont contribué à enrichir les collections patrimoniales genevoises.

28 oeuvres