Découvertes & Voyages
Décor

The 2nd Coming of the Great Purple One with Maggot Munchers

L’installation d’Amy O’Neill reproduit un stand de foire coloré, dans un état ravagé, entouré de têtes de mort ricanantes. Que s’est-il passé ? La violence et le jeu, la peur et l’insouciance s’entremêlent et se superposent dans cette ruine de fête foraine digne d’une scène de film. 

Tout comme le ferait un.e touriste ou un.e scientifique, l’artiste Amy O’Neill observe la culture d’un pays – en particulier celle de sa terre d’accueil, les Etats-Unis – depuis une posture volontairement extérieure : à travers la culture vernaculaire américaine et son folklore régional, elle analyse les mœurs et les valeurs de cette nation, en particulier certains mythes constitutifs de l’identité nationale, comme la figure du pionnier, la nature sauvage, la souveraineté, la religion ou, ici, la violence. 
Dans cette installation complexe et bigarrée, la fête foraine illustre à quel point la peur, et la violence son alliée, sont diffuses mais omniprésentes : l’artiste a reconstitué un stand complet, avec ballons, guirlandes, cibles criblées et jeux de tir, mais présenté dans un état de ruine, détruit ou saccagé. Le spectateur arrive trop tard dans ce décor de théâtre, voire de cinéma, après l’action destructrice, qu’elle ait été joyeuse ou malheureuse. Tout y est teinté d’ambiguïté : le jeu et la fête se joignent à la ruine et à la mort. Si des accessoires ludiques sont présents, ils prennent la forme d’armes pathétiquement dégonflées. De plus, une alignée de squelettes, les « Maggot Munchers » (littéralement « croque-asticots »), encadrent cette cabane de foire et forment une ronde macabre mi-burlesque mi-terrifiante. Ils renvoient autant à des rituels tribaux qu’à la culture populaire du hard rock.
L’artiste travaille à partir d’archives collectées et de souvenirs personnels, qui semblent sans cesse ternis par son regard lucide et critique d’adulte et d’artiste sur la société dans laquelle elle vit. La violence, et la peur, réelle ou véhiculée par des produits de divertissement, peuplent la culture américaine à tous les niveaux et obligent l’artiste à naviguer entre nostalgie et désenchantement, célébration et critique. 
 

Informations complémentaires

Type: Décor

Matériaux: Bois

Date: 2003

Auteur(s): Amy O'NEILL

Période: Période contemporaine

Origine: États-Unis

Description de la ressource:

Bois (stand), armes gonflables, ampoules électriques, tickets imprimés, figurines en tissu, quarante cinq dessins, mine de plomb et encre de Chine sur papier, présentoir en aluminium (dessin)

Format: Stand 100 x 50 cm; chaque dessin 50 x 40 cm, grands éléments du stand 250 x 240 cm

Numéro d'inventaire: 2004-001/1 à 46

Mots-clés: Bois, Cabane, Installation, Amy O'Neill

Retrouvez cette œuvre

Thème

Partager
Thématique
La peur

Poignante et complexe, la peur est autant un sujet exploré par les artistes qu’une émotion suscitée face à certains objets. Mirabilia s’en fait un témoin tremblant.

17 oeuvres
Explorer

Les œuvres similaires

Balsa

La Flore des dames, copiée par des artistes genevoises pour le botaniste Augustin-Pyramus de Candolle. 

La Flore des dames, copiée par des artistes genevoises pour le botaniste Augustin-Pyramus de Candolle. 

Végétal
Balsa
Pêche miraculeuse

La "Pêche miraculeuse" de Konrad Witz, œuvre la plus célèbre du Musée d’art et d’histoire. 

La "Pêche miraculeuse" de Konrad Witz, œuvre la plus célèbre du Musée d’art et d’histoire. 

Enseigne de commerce
L’un des rares survivants des enseignes de commerc...

L’un des rares survivants des enseignes de commerce du 18e siècle à Genève.

Bois de la Bâtie

Au cœur du bois se cache la création artistique indépendante.

Au cœur du bois se cache la création artistique indépendante.

Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

Quand l'édition relaie les Lumières du monde.

Quand l'édition relaie les Lumières du monde.

L'architecture et la peur du vide
Une photographie faisant écho à la peur du vide.&n...

Une photographie faisant écho à la peur du vide.