Accessoire

Support de torchère

Bénédict Hochreutiner, d'origine saint-galloise, effectue l'entier de sa carrière scientifique à Genève où il prend, dès 1933, la direction des Conservatoire et jardin botaniques. Séduit par cette "imitation de ce que font les Européens" qui évoque les armoiries de sa ville d'adoption, il ramène, en 1905, une paire de ces objets d'un long séjour professionnel à Java.

Si le botaniste saint-gallois Bénédict Hochreutiner (1873-1959) voit dans ce support de torchère javanais un motif qui évoque les armoiries de Genève, il faut peut-être d’abord souligner que son affection pour sa ville d’adoption est grande.

Après des études à l’université de. Genève, il entre comme assistant aux Conservatoire et jardin botaniques en 1898, puis en prend la direction en 1933. Hochreutiner est également nommé professeur de botanique à l’université en 1919. Sa carrière professionnelle est donc étroitement liée aux institutions de la ville.

C’est dans ce contexte accueillant qu’il mène plusieurs missions en Algérie et en Indonésie. Une note de sa part retranscrite dans l’inventaire du MEG affirme que l’objet est une "imitation de ce que font les Européens". En effet, en regard des armoiries de la ville, tout y est ou presque : l’aigle, le rouge et l’or. Plus généralement, l’aigle à deux têtes évoque également un emblème héraldique bien connu dans l’est de l’Europe, figuré tant sur les armoiries du Saint-Empire romain germanique que sur celles de l’Autriche-Hongrie ou de la Russie tsariste. Un regard ethnologique sur l’objet nécessite néanmoins de nuancer l’affirmation. L’oiseau à deux têtes Gandhabherunda, probablement de même origine hittite que l’aigle européen, est bien identifié en Inde comme un avatar de Vishnu. Sur le continent asiatique, il trouve sa forme graphique définitive dès le 11e siècle et orne, dès lors, les colonnes de nombreux temples hindouistes, autant qu’il illustre les armoiries du royaume de Mysore ou, dans la région de l’Insulinde, celles du sultanat de Ternat.
 

Informations complémentaires

Type: Accessoire

Matériaux: Bois, Peinture, Fer

Date: 1900

Collecteur(s): Bénédict-Pierre-Georges Hochreutiner

Lieu d'origine:

Java (alors Indes orientales néerlandaises), ville de Bogor (Buitenzorg)

Description de la ressource:

Bois, fer, pigments

Numéro d'inventaire: ETHAS 019686

Mots-clés: Aigle

Retrouvez cette œuvre

Thème

Partager
Thématique
Armoiries

Qui dit « aigle » et « clé » pense immédiatement aux armoiries de Genève. Ornant objets et documents, elles ont parcouru les siècles devenant ainsi des témoins de l’histoire de la ville.

17 oeuvres
Explorez

Les œuvres similaires

Libertés et franchises genevoises

Première apparition des célèbres écus genevois.

Première apparition des célèbres écus genevois.

Cage aux aigles

Quand deux aigles en cage incarnent l'esprit de Genève.

Quand deux aigles en cage incarnent l'esprit de Genève.

Photographie
Cage aux aigles
Affiche fonctionnaire

Une affiche de campagne au symbole ailé.

Une affiche de campagne au symbole ailé.

Aigle de la révolution
Un esprit de révolution souffle sur les clubs gene...

Un esprit de révolution souffle sur les clubs genevois.

Clé et aigle botaniques
La fougère aigle est chez elle partout, pour la re...

La fougère aigle est chez elle partout, pour la reconnaître, une clé de détermination.

Aigle royal

Une armoirie vivante bien conservée.

Une armoirie vivante bien conservée.

Piéfort de quatre thalers
Une monnaie genevoise battue en toute illégalité! ...

Une monnaie genevoise battue en toute illégalité!