Accessoire

Pieds bandés

Ces moulages de pieds bandés d’une femme adulte et chaussures de soie chinoises témoignent d’une pratique esthétique ayant eu cours en Chine entre le 10e et le 20e siècle. Ces objets furent rapportés par Charles Piton de la Mission de Bâle et déposés au Musée des Missions dont les collections ont rejoint celles du MEG à sa création.

Bander les pieds des femmes chinoises pour les empêcher de grandir est une tradition apparue dès la fin du 10e siècle. Elle ne disparut qu'après la chute de l'empire (1911). Cette pratique douloureuse donnait aux pieds une dimension érotique et distinguée, en les faisant ressembler à des boutons de lotus, ou des "lotus d'or" (jinlian 金蓮).

 

L’origine de la pratique remonte à la légende d’un empereur de la dynastie Tang (tangchao 唐朝) qui aurait demandé à sa concubine de le séduire en se bandant les pieds pour mieux danser.


 
La taille idéale était d'environ 8 cm, notre «taille 14». Le bandage des pieds d'une fillette commençait vers ses 5-7 ans et donnait lieu à une fête de famille. Ces chaussures devinrent aussi des objets de cadeau, notamment d'une fiancée à sa future belle-mère.
 


Cette pratique, propre à la société Han, resta strictement interdite aux femmes d'origine mandchoue.

Informations complémentaires

Type: Accessoire

Matériaux: Plâtre

Date: Vers XIXe siècle

Auteur(s): Auteur inconnu

Collecteur(s): Charles Piton

Période: Période chinoise dite de la « Dynastie Qing »

Origine: Chine

Lieu d'origine:

Région de Canton 

Description de la ressource:

Plâtre, soie

Format: Haut. 19 cm ; long. 11 cm ; larg. 6 cm

Numéro d'inventaire: ETHAS 005045

Mots-clés: Chaussure, Moulage, Erotisme

Retrouvez cette œuvre

Thème

Partager
Thématique
L'art de la séduction

Quand l’art et la nature révèlent l’amour et le désir, naît un jeu de séduction entre les créations et celles et ceux qui les regardent. Une parade amoureuse qui se raconte au cœur de Genève.

21 oeuvres
Explorez

Les œuvres similaires

Porte-traîne lesbie

Un colibri choisi par sa femelle en fonction de la taille de sa queue, trois fois plus longue que son corps.

Un colibri choisi par sa femelle en fonction de la taille de sa queue, trois fois plus longue que son corps.

Paradisier bleu

L’art de la séduction par le maître en la matière, le Paradisier.

L’art de la séduction par le maître en la matière, le Paradisier.

Torses

Les torses nus captés par Nicole Hassler comme accélérateur artistique du désir.

Les torses nus captés par Nicole Hassler comme accélérateur artistique du désir.

Photographie
Torses
Pattern III

De la grande consommation composée en série par Hervé Graumann.

De la grande consommation composée en série par Hervé Graumann.

Photographie
Pattern III
Riji, nacre gravée

Quand la nacre australienne de l’amulette, gravée en symbole de fertilité, séduit l’élu de son cœur.

Quand la nacre australienne de l’amulette, gravée en symbole de fertilité, séduit l’élu de son cœur.

Costume de fête

Un habit engageant pour flirter avec ses prétendants.

Un habit engageant pour flirter avec ses prétendants.

Guimbarde

La musique de la guimbarde charme en privé les cœurs à prendre.

La musique de la guimbarde charme en privé les cœurs à prendre.

Instrument
Guimbarde
Couple en porcelaine

Le flirt gracieux d’un couple en porcelaine viennoise de la fin du 18e.

Le flirt gracieux d’un couple en porcelaine viennoise de la fin du 18e.

Flèche d'eau

Cette femme-fleur se dévoile et séduit avec grâce jusqu’aux animaux qui l'entourent.

Cette femme-fleur se dévoile et séduit avec grâce jusqu’aux animaux qui l'entourent.

Sabina Poppaea

L’impératrice Poppée en courtisane imaginée par l’Ecole vénitienne.

L’impératrice Poppée en courtisane imaginée par l’Ecole vénitienne.