Animal

Staphylin de Genève

Le Staphylin de Genève Paraleptusa genavensis est l’une des rares espèces endémiques au canton de Genève, c’est-à-dire qu’on ne la rencontre nulle part ailleurs au monde.

Le Staphylin de Genève est un petit coléoptère aveugle découvert en 1961 au bord de la Laire près de Chancy dans le canton de Genève par Claude Besuchet (1930-2020), conservateur en entomologie au Muséum de 1958 à 1992. Cette femelle reste à ce jour l’unique spécimen connu de son espèce, malgré des recherches ciblées menées en mai 2013 lors d’une réunion à Genève de spécialistes mondiaux des staphylins.

Cet insecte est le représentant le plus septentrional de ce genre méditerranéen aux mœurs souterraines. La récolte de tels arthropodes minuscules vivant dans le sol profond (entre 20 et 60 cm de profondeur) est fastidieuse et très physique. Elle implique de creuser le terrain, de "laver" la terre extraite à grande eau dans une bassine puis de recueillir la matière organique ainsi séparée par flottaison. S’ensuit une extraction des animaux au laboratoire dans un "entonnoir de Berlèse" (du nom de l’entomologiste italien qui l’a mis au point) pendant plusieurs jours. Le principe de cet appareil – composé d’un simple entonnoir surmonté d’une lampe électrique chauffante, sous lequel on place un récipient de récolte – repose sur le fait que les animaux de la litière fuient la lumière et la sécheresse.

Avec la Mouche de Genève Speccafrons genavensis – décrite en 2008 par Bernhard Merz (1963-), conservateur en entomologie au Muséum de 1999 à 2013, le Staphylin de Genève est l’une des deux seules espèces endémiques du canton de Genève (c’est-à-dire qu’on ne les a trouvées nulle part ailleurs au monde).
 

Informations complémentaires

Type: Animal

Matériaux: Animal taxidermisé

Date: 17.5.1961

Auteur(s): Henri Coiffait

Collecteur(s): Claude Besuchet

Période: 20e siècle

Origine: Suisse

Lieu d'origine:

Chancy, Genève

Description de la ressource:

Insecte fixé entre lame et lamelle.

 

 

 

Format: 2.5 mm

Numéro d'inventaire: MHNG ENTO 76597

Mots-clés: Insecte, endémique, Coléoptère, staphylin, Claude Besuchet, La Laire, Chancy

Publications

Coiffait, H. (1964) Une espèce relicte suisse: Paraleptusa genavensis n. sp. (Coléoptère Staphylinide).: Mitteilungen der Schweizerischen Entomologischen Gesellschaft, 36 (4): 333-335.

Retrouvez cette œuvre

Thème

Partager
Thématique
Les Genevoises

A travers des pièces évocatrices des collections, Mirabilia contribue à rendre visible les Genevoises qui ont marqué l’histoire par le biais de l’art, de la science ou de la politique et à donner une place à celles qui sont restées invisibles.

25 oeuvres
Explorez

Les œuvres similaires

Scarabée goliath royal
Le plus grand spécimen de scarabée au monde connu,...

Le plus grand spécimen de scarabée au monde connu, de près de 11.5cm de long.

Fourmi d'Auguste Forel
L’une des 3'500 espèces nouvelles de fourmis récol...

L’une des 3'500 espèces nouvelles de fourmis récoltée par Auguste Forel, sur 14000 espèces récoltées à ce jour.

Papillon de Jean Romieux
Des papillons de nuit récoltés au Congo dans les a...

Des papillons de nuit récoltés au Congo dans les années 1930 pour faire avancer la science aujourd’hui.

Coléoptère de Darjeeling
Un coléoptère indien, spécifique du district de Da...

Un coléoptère indien, spécifique du district de Darjeeling, réputé pour ses plantations de thé.

Cephonodes hylas

L’un des spécimens attaché au théier récolté par un célèbre parolier, auteur notamment de "La Bohème".

L’un des spécimens attaché au théier récolté par un célèbre parolier, auteur notamment de "La Bohème".

Papillon Atlas

La chenille de ce papillon fait trembler les producteurs de thé.

La chenille de ce papillon fait trembler les producteurs de thé.

Papillon nocturne

Un papillon nocturne des lichens rocheux vu pour la première fois à Genève en 2010.

Un papillon nocturne des lichens rocheux vu pour la première fois à Genève en 2010.

Théière

Saura-t-on discerner l’oeuvre de la forêt dans ce trompe-l’œil du 18e siècle?

Saura-t-on discerner l’oeuvre de la forêt dans ce trompe-l’œil du 18e siècle?

Guêpes de Christine Jurine
Des planches, en témoin de la science au féminin a...

Des planches, en témoin de la science au féminin au 19e siècle.